Défi – une plante par jour – le pissenlit

Le pissenlit – taraxacum officinale

 

 

Cette plante pousse dans nos régions tempérées , une tige, avec des feuilles fort dentelées, munie de capitules floraux jaune d’or. ligulées , rayonnant en solo au sommet.  la tige creuse , dans la tige il y a du liquide jaune ( qui etait renommé pour soigner les yeux ( taraxis trouble des yeux)

composition : la racine est riche en inuline, fructose et potassium. la plante doit son amertume aux lactones sesquiterpènes ( germacranolide) des alcools terpéniques et des stérols. Les feuilles sont riches en flavonoïdes, provitamine A et vit C.

usage: actif stimulant biliaire, et le foie ( décoction de feuilles fraiches ) ce qui accroit la motilité intestinale et lutte contre la constipation. Agit contre les dermatoses, la cellulite et enfin un régénérateur du sang .

utilisations:  on peut faire des salades fraiches,

en macération ,15g de racine et 15 g de feuilles fraiches par litre d’eau. Laisser macérer 2 heures puis amener à ébullition. Retirer du feu avant ébullition, prendre 3 bols par jour entre les repas

 

Partagez l'article

Défi – une plante par jour – l’Anis étoilé

L’anis étoilé

il existe de nombreux usage pour ces jolies graines de badiane son autre nom.

C’est un antiseptique urinaire qui a prouvé son efficacité depuis la nuit des temps; buvez de l’eau et aussi prenez des tisanes d’anis (5 graines dans un mitre d’eau faites bouillir ) buvez tout au long de la journée  et arrêtez quand les brulures urinaires sont terminées

C’est aussi une tisane efficace pour les femmes qui allaitent et dont le lait est insuffisant en quantité et en qualité,. Buvez une tasse de tisane préparée comme ci dessus . trois fois par jour jusqu’à un allaitement convenable.

Partagez l'article

Défi – une plante par jour – le saule

le saule – salix

l’écorce de saule contient la même substance que l’aspirine ; le salicylate, capable de soulager les douleurs,et d’atténuer l’inflammation.

usage : deux à trois tasses d’infusion d’écorce de saule , on fait une infusion avec 2 cuillères à café d’écorce séchée ou 5 c de poudre dans un litre d’eau .

attention comme pour l’aspirine contre indication formelle pour les personnes allergiques à l’aspirine

 

Partagez l'article

NOS ÉMOTIONS -à l’origine des maladies

Et si nos émotions nous trahissaient

Cette colère qui m’habite n’est elle pas la cause de mon problème de santé?

Ces peurs panique sont -elles le signe déclencher de mon asthme?

Et cette tristesse qui m’envahit depuis mon enfance ….

Seriez vous décidés à soigner vos émotions pour retrouver la santé?

C’est ce que je vous propose ici.

J’ai découvert l’impact des émotions mal gérées sur mon état de santé. Aussitôt j’ai décidé de vous partager cette découverte. Elle commence par la lecture de ce livre « Le pouvoir du moment présent » d’Eckart TOLLE . J’ai lu ce livre des dizaines de fois. Je le trouvais apaisant, reposant. J’aimais les jolies phrases écrites. Une fois le livre fermé, je retournais à mes émotions préférées sans rien changer dans ma vie. Bien entendu mon état de santé s’aggravait. Jusqu’à une nuit où j’ai compris que mon mental dirigeait ma vie et mon état de santé. Plus précisément ma colère enflait de jour en jour et se nourrissait de mon regard sues soucis passés non digérés. l’étais ma colère. Je ne vivais pas au présent mais dans le passé de ma colère et dans le comportement que ma colère me dictait. J’étais donc addict à ma colère. et que se passe t il quand on est addict, on perd sa liberté et on devient dépendant. J’étais devenue dépendante de ma colère. Il me fallait absolument m’en défaire.

Ma découverte – la colère face à l’imprévu

j’étais habitée par la colère. Cela avait commencé par le décès de mon tendre époux. Il m’avait laissée seule du jour au lendemain et avait rejoint le Ciel.Je lui en voulais terriblement.Il était mort et moi je restais là sur terre. Je n’avais vraiment pas prévu un avenir sans lui.

J’étais en colère

Cette colère a commencé à s’immiscer dans tous les espaces de ma vie. A propos de tout ce qui me bloquait, tout ce que je n’avais pas prévu je développais de la colère. Étant du genre combattive, je m’en arrangeais. Cette colère donnait du relief à ma vie de veuve seule. Jusqu’à son extension en profondeur aboutissant à la maladie.

L’émotion transformée en maladie

Le covid nous a tous touchés un jour ou un autre là où nous avons des fragilités. Il en a été de même pour moi. Et j’ai développé un souci de santé touchant mes articulations.

rappel sur la PR

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une pathologie dans laquelle nos défenses immunitaires  qui doivent repousser l’ennemi venant de l’extérieur de notre organisme, se trompent et attaquent nos propres organes et plus particulièrement  nos articulations les détruisant jusqu’à érosion totale.

J’étais atteinte de cette PR et mes articulations s’usaient. Qu’est ce que fait la colère si ce n’est nous détruire nous même ? Ce n’est donc pas innocent que ce soit cette maladie là qui ait atteint mon corps alors que j’étais en permanence en colère.

Le covid avait déclenché une crise de PR durant quelques semaines. J’étais épuisée et je souffrais. Jusqu’à ce que je fasse le lien avec ma colère. Mes souffrances me mettaient en colère. Mes douleurs étaient ma colère.

Comment faire le lien entre colère et PR?

En relisant ce livre « Le pouvoir du moment présent » (page 41 et minute 53’20 » du livre audio ci dessous) j’ai compris que je pourrais réduire mes douleurs si je vivais le moment présent, si je n’en voulais plus à mon époux d’être mort et de m’avoir laissée seule, Si je n’en voulais plus aux évènements passés puisque justement ils sont passés. En me focalisant sur le moment présent. Si je quittais l’energie de la colère et la remplaçais par une conscience de ce que je vis ici et maintenant. Il allait me falloir beaucoup de patience . Le mental et les émotions sont des addictions tenaces.

J’ai donc décidé -Je refuse de me laisser habiter par la colère – Je veux vivre ici et maintenant et je m’y efforcerai-

J’ai donc commencé à lister les personnes avec lesquelles j’avais une raison d’être en colère. Au fond de mon cœur je leur ai demandé pardon, j’ai lâché ce mental qui me rendait colérique. cela a duré toute la nuit . Cela n’a pas marché en une seule fois.  J’ai eu de brefs éclairs de joie un matin. Puis plus rien ,et une semaine plus tard après une nuit courte à relie ce livre ( que je vous mets en lien ici en audio livre) j’ai enfin compris la raison de cette joie qui m’avait habitée la semaine précédente, et j’avais fait  de ma colère une amie de tous les jours et elle était devenue ma maladie. Cette maladie ne se guérit pas , on peut freiner la maladie mais pas la guérir. Alors cela m’a encore plus incitée à chercher comment m’en sortir.

Tenir le cap – un choix sans appel

Le choix est aisé, la PR ne se soigne pas, les traitements ne font que ralentir l’évolution de la maladie et sans articulations je n’irai pas bien loin. Moi qui suis passionnée de course à pieds,il me fallait donc guérir et ce très rapidement. Le challenge me convenait. Soit le vis le moment présent et j’abandonne mes colères soit je suis condamnée à perdre mon autonomie.

C’est parti,comment? je relis ce livre, je médite en pleine conscience, je fais attention à chaque acte que je pose en conscience. et je sais que je vais y arriver.

Si cela vous dit donnez moi votre expérience ici

 

J’ai jeûné et ça a marché un peu

Mais jeûner tout le temps ce n’est pas génial. De plus j’étais toujours en colère ce qui ne me rendait pas agréable ni pour moi, ni pour mon entourage.

La colère ne m’appartient pas

J’ai enfin trouvé la cause de ma maladie. Ma colère est la cause de ma maladie. Pour m’en défaire je m’inspire de Eckart TOLLE qui a écrit ce livre .

 

Laissons tomber nos besoins obsessionnels de nous mettre en colère, vivons le moment ici et maintenant.


     

     

     

     

     

     

    Partagez l'article

    MICROBIOTE ET BONNE SANTE

    Comprendre comment ça marche

     

    nos intestins sont notre second cerveau ; la preuve

     

     

    article de cerballiance ici que nous félicitons

    Bilan du microbiote intestinal

     

    Épisodes de fatigue, difficultés de concentration ? Problèmes de digestion, ballonnements ? Problèmes cutanés (urticaire, psoriasis, acné…) ?

    Une raison peut se trouver dans l’analyse de votre flore intestinale appelée microbiote.

    Qu’est-ce que le microbiote ?

    Le microbiote peut être comparé au yin et yang, deux forces opposées ayant besoin l’une de l’autre pour maintenir l’équilibre d’une communauté de bactéries bénéfiques (résidentes) d’une part, et d’autres, potentiellement pathogènes (transitoires), formant ensemble notre microbiote.

    Les bactéries intestinales sont invisibles, mais si nous pouvions les peser, nous en aurions environ 1,5 à 2 kg. Il est difficile de croire que, invisibles, elles aient une présence aussi gigantesque dans notre intestin.
    Ces bactéries vivent dans des environnements différents et elles doivent s’entraider pour créer et maintenir un environnement optimal pour chaque famille de bactéries. Pour cela, elles doivent collaborer. Chacune a un rôle spécifique dans la communauté.

    Quels sont les rôles du microbiote ?

    Les bactéries du microbiote remplissent de nombreuses fonctions et elles sont essentielles dans le maintien de notre santé.

    Notre microbiote est impliqué dans la digestion : si notre nourriture ne peut être complètement digérée, le microbiote assure une digestion de secours. Grâce à des processus de fermentation, il permet que notre nourriture soit digérée de façon optimale, et les bactéries en utilisent une partie pour leur propre alimentation. C’est une situation gagnant-gagnant : ce dont notre microbiote a besoin comme source d’énergie n’est généralement pas approprié pour nous, et ce qui est utile à notre organisme est inutile pour les bactéries, c’est donc un parfait équilibre digestif secondaire.

    Immunité et microbiote vont de pair
    Nous développons notre microbiote au cours de nos trois premières années et, vers l’âge de trois ans, il aura une composition unique pour le reste de la vie. Il est logique que lors du développement et de la formation de notre système immunitaire, nous devions goûter notre environnement autant que possible. L’enfant met tout en bouche pour goûter littéralement son environnement et identifi er ce qui est bon et ce qui ne l’est pas. Cela explique aussi pourquoi la
    composition du microbiote diffère entre personnes d’origines différentes ou entre personnes aux habitudes alimentaires différentes.

    Le microbiote s’y adapte et les informations acquises seront le file conducteur des actions du système immunitaire.

    Notre métabolisme est également tributaire de notre microbiote, pensez aux nombreuses réactions qui ont lieu dans notre intestin, comme la production de vitamines.

    Certaines hormones de stress sont également produites dans l’intestin. Chacun connaît ces inconforts intestinaux désagréables, très présents pendant la période d’examens. Il y a clairement un lien entre le stress et l’intestin. Souvent et à juste titre, notre intestin est aussi appelé « cerveau secondaire».

    Dysbiose et déséquilibre

    Malheureusement, notre microbiote comporte également des espèces bactériennes qui perturbent cet environnement harmonieux.

    On distingue la fl ore résidente participant à cette harmonie et la fl ore transitoire, constituée d’éléments perturbateurs. Ces derniers peuvent encore être subdivisés en pathogènes et éventuels pathogènes.

    En outre : des bactéries inoffensives peuvent devenir dangereuses sous l’influence de leur environnement. Une perturbation ou un déséquilibre de notre microbiote s’appelle une dysbiose.

    Il est important en cas de dysbiose de pouvoir identifier la cause et les dommages causés, avant de pouvoir commencer un plan de rétablissement clair et ciblé.

    Effets potentiel d’une Dysbiose

    Il est important que le microbiote reste en équilibre malgré la lutte constante pour la domination entre la flore résidente et la flore transitoire.

    De nombreux facteurs peuvent perturber cet équilibre fragile et malheureusement la plupart du temps en faveur de la flore transitoire, ce qui peut alors faire apparaître des symptômes qui s’aggraveraient sans traitement, depuis des plaintes vagues jusqu’à un tableau de maladie très spécifique.

    Le bilan du Microbiote

    Un bilan du Microbiote intestinal est l’examen le plus approprié pour une première évaluation approfondie de l’intestin et du Microbiote.

    Cet examen comprend 2 parties principales, une quantitative et une qualitative.
    La partie quantitative a pour but d’identifier les différents micro-organismes et de faire la distinction entre bonne et mauvaise flore, cette dernière étant composée d’organismes tels que levures, moisissures, bactéries pathogènes et parasites.

    La partie qualitative concerne la recherche d’une potentielle inflammation, l’analyse de l’immunité et de l’agressivité de la flore transitoire. En effet, même si ce groupe est présent en quantité tolérée, il peut être très dominant et agressif dans
    certaines circonstances.

    Le résultat final donne beaucoup d’informations concrètes qui seront discutées avec votre médecin.

    Rétablir l’équilibre

    L’intestin est notre principale interface avec le monde extérieur, tant sur le plan émotionnel que physique. C’est un organe dont le fonctionnement peut être optimisé, si les mesures appropriées sont mises en oeuvre et respectées, le temps nécessaire.

    La thérapie intestinale régulatrice consiste en une séquence allant jusqu’à 6 phases qui devraient finalement conduire à la revitalisation du corps et au rétablissement de la santé.

    Cela ne peut être obtenu sans une revitalisation de l’organe le plus important de notre corps, l’intestin.

    D’autre part, c’est également un système très fragile qui peut à nouveau se déséquilibrer sans le suivi nécessaire. Il est donc essentiel de prendre le temps nécessaire pour revitaliser le système.

    Le succès d’une thérapie intestinale repose sur trois éléments, à savoir : nutrition, gestion du stress et revitalisation de l’intestin.

    Partagez l'article

    la vie à jamais

    ETERNAM

    mes amis
    parfois je vous partage un temps de fraicheur?
    aujourd’hui le voici ce temps;
    bon temps à chacune et chacun quelque soit votre état de vie !

    Un bout de témoignage ici:

    j’ai été heureuse avec Benoît si heureuse! et le Seigneur la rappelé auprès de lui. et pourtant je sais qu’il est là même si je ne suis pas assez attentive à ses présences .

    A toi Benoît j’offre aussi ce temps .

     

     

     

     

    Partagez l'article

    MTC – pas à pas

    voici le plan de cette formation

    Je vous partage ici la formation en médecine traditionnelle chinoise que j’ai choisi de suivre. En effet si vous me suivez depuis longtemps, vous avez pu découvrir que j’estime la médecine occidentale comme médecin d’urgence ,hors les maladies chroniques ne sont pas des maladies faisant appel à l’organisation performante de ce type de médecine d’urgence. Au contraire elles font appel à un autre type de médecine.

    je veux aider , vous aider à améliorer votre santé quelle que soit votre situation , et vous permettre de recouvrir une bonne santé. Cela fait appel à une médecine globale qui prend en compte toute la personne.  Si vous le souhaitez , vous allez ici, pouvoir suivre pas à pas une formation sur la médecine globale qu’est la médecine traditionnelle chinoise. Si c’est trop long pour vous, n’hésitez pas à poser vos questions et on vous répondra .

    bonne route

    FONDAMENTAUX DE MÉDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE

     

    1. THÉORIE DU YIN ET DU YANG
    2. LE QI
    3. THÉORIE DES CINQ MOUVEMENT
    4. LES ORGANES
    5. RELATIONS ENTRE LES ORGANES
    6. LES VISCÈRES
    7. LES VISCÈRES PARTICULIERS
    8. LE SANG ET LES LIQUIDES ORGANIQUES
    9. LES MÉRIDIENS

     

    Partagez l'article

    Miracle du jeûne pour toute maladie chronique ( sauf cas spéciaux)*

    * voir en bas de la page

    Le miracle du jeûne

    Le constat

    Voila que cette maladie chronique vous atteint depuis de trop longues années. Voila que les médicaments qui vous sont administrés par votre médecin traitant ou votre spécialiste le seront pour la vie . Tous deux vous l’ont dit n’est ce pas?

    Savez vous que les médicaments anti cancéreux ont permis de réduire les cancers de 10 % en 20 ans, magnifique, n’est ce pas? Mais savez vous que le nombre de cancers a progressé de 40% durant ces 20 dernières années?

    Alors vous cherchez une solution?

    Une solution – jeûner

    Une fois que vous en avez parlé à votre médecin, selon son avis vous pourrez débuter un jeûne. Je vous conseille de le faire avec un spécialiste du jeûne. Actuellement , je vous propose des adresses il suffit de m’envoyer un mail ici ([email protected])

    Votre médecin n’est pas très chaud – alors offrez lui ce livre

     

    « Le jeûne une nouvelle thérapie » de Thierry de Lestrade.et le film qu’en a fait ARTE

    ici

     

    • *Recommandation:

    Ne jamais faire un jeûne sans: avoir consulté votre médecin traitant – en effet il y a des contre indications -les diabètes type 1 interdit, les greffés interdit… – l’anorexie interdit et état de fragilité que votre médecin saura vous indiquer interdits.

    Conditions pour jeûner

    Faites un jeûne accompagnés par un professionnel qu’il soit médical ou naturopathe spécialisé dans le domaine :Oui vous pouvez jeûner durant 5 à 7 jours seul si vous êtes en bonne santé et si votre jeûne ne dure pas plus longtemps .

    Pour tout autre style de jeûne en durée et en fonction de votre état de santé, prenez un coach médical expérimenté. Tous les médicaux ne sont pas expérimentés dans l’accompagnement au jeûne.

    Différents types de jeûnes

    Le jeûne court

    Le jeûne intermittent

    Le jeûne long

    Le jeûne therapeutique

    si vous avez des questions sur un type de jeûne , nous vous répondons ici

    Partagez l'article

    Protéger mon foie – ou quels sont les ennemis du FOIE?

     

    LA TRILOGIE DE L’ENFER

    Ce sont les trois acteurs qui nuisent votre foie.

    1. Alcool
    2. stress
    3. grignotage

    L’alcool ne se métabolise qu’au niveau du Foie en produits toxiques, et les bienfaits du vin bu à raison d’un verre au milieu du repas sont totalement perdus si vous dépassez cette dose quotidienne. Pour les femmes, la situation est plus risquée. Encore une injustice flagrante, nous les femmes sommes plus fragiles au regard de l’alcool.

    Le stress, est un facteur de risque de blessures hépatiques ( du foie) . Soyons zen, cela nous protégera des affections chroniques quelles qu’elles soient. Notre foie est une usine qui ne supporte pas les agressions. Il faut une atmosphère de confort et de sérénité pour que les rouages bien huilés fonctionnent correctement. NO STRESS

    Le grignotage : c’est lui qui est le responsable de nombreux maux des malades chroniques( diabète type 2 , HTA, allant jusqu’à certains cancers…) et le foie qui dégrade notre alimentation n’est pas épargné par le grignotage.

    C’est comme si dans une chaine de fabrication de voitures vous décidiez tout à coup de poser les roues au moment du séchage de la peinture de la carrosserie, une anarchie qui fera des roues colorées. Pas trop grave encore . Mais si vous remettez de la peinture au moment du montage des pièces du moteur, là tout sera perturbé. Il y a une chronologie dans la digestion des aliments . Ce temps de digestion dure entre 3 et 5 heures et il est à respecter. Donc pas d’aliment entre deux repas. Le premier organe touché sera le foie.

     

    On peut ajouter le duo suivant

    cigarette et médicaments à jeûn : Sur la cigarette c’est tellement évident que nous n’ajouterons rien de plus si non que cette drogue qui nous nuit , cette habitude qui nous ronge mérite d’être supprimée ( allez voir les articles sur le jeûne ).

    Les médicaments : il est normal d’analyser le bénéfice au regard des risques quand on utilise des produits tels que les médicaments. Je vous donne ici une recommandation de professionnel de santé – quand vous devez prendre un médicament quel qu’il soit: prenez le au milieu ou en fin de repas. Vous soulagerez estomac et foie.

    Le trio infernal et ce duo  forme le quintet absolument contre indiqué pour notre foie entrainant un concert fatal

    alors écoutez ce podcast

    et donnez votre avis sous le reportage audio

    [si-contact-form form=’1′]
     

    Partagez l'article