NOS ÉMOTIONS -à l’origine des maladies

Et si nos émotions nous trahissaient

Cette colère qui m’habite n’est elle pas la cause de mon problème de santé?

Ces peurs panique sont -elles le signe déclencher de mon asthme?

Et cette tristesse qui m’envahit depuis mon enfance ….

Seriez vous décidés à soigner vos émotions pour retrouver la santé?

C’est ce que je vous propose ici.

J’ai découvert l’impact des émotions mal gérées sur mon état de santé. Aussitôt j’ai décidé de vous partager cette découverte. Elle commence par la lecture de ce livre « Le pouvoir du moment présent » d’Eckart TOLLE . J’ai lu ce livre des dizaines de fois. Je le trouvais apaisant, reposant. J’aimais les jolies phrases écrites. Une fois le livre fermé, je retournais à mes émotions préférées sans rien changer dans ma vie. Bien entendu mon état de santé s’aggravait. Jusqu’à une nuit où j’ai compris que mon mental dirigeait ma vie et mon état de santé. Plus précisément ma colère enflait de jour en jour et se nourrissait de mon regard sues soucis passés non digérés. l’étais ma colère. Je ne vivais pas au présent mais dans le passé de ma colère et dans le comportement que ma colère me dictait. J’étais donc addict à ma colère. et que se passe t il quand on est addict, on perd sa liberté et on devient dépendant. J’étais devenue dépendante de ma colère. Il me fallait absolument m’en défaire.

Ma découverte – la colère face à l’imprévu

j’étais habitée par la colère. Cela avait commencé par le décès de mon tendre époux. Il m’avait laissée seule du jour au lendemain et avait rejoint le Ciel.Je lui en voulais terriblement.Il était mort et moi je restais là sur terre. Je n’avais vraiment pas prévu un avenir sans lui.

J’étais en colère

Cette colère a commencé à s’immiscer dans tous les espaces de ma vie. A propos de tout ce qui me bloquait, tout ce que je n’avais pas prévu je développais de la colère. Étant du genre combattive, je m’en arrangeais. Cette colère donnait du relief à ma vie de veuve seule. Jusqu’à son extension en profondeur aboutissant à la maladie.

L’émotion transformée en maladie

Le covid nous a tous touchés un jour ou un autre là où nous avons des fragilités. Il en a été de même pour moi. Et j’ai développé un souci de santé touchant mes articulations.

rappel sur la PR

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une pathologie dans laquelle nos défenses immunitaires  qui doivent repousser l’ennemi venant de l’extérieur de notre organisme, se trompent et attaquent nos propres organes et plus particulièrement  nos articulations les détruisant jusqu’à érosion totale.

J’étais atteinte de cette PR et mes articulations s’usaient. Qu’est ce que fait la colère si ce n’est nous détruire nous même ? Ce n’est donc pas innocent que ce soit cette maladie là qui ait atteint mon corps alors que j’étais en permanence en colère.

Le covid avait déclenché une crise de PR durant quelques semaines. J’étais épuisée et je souffrais. Jusqu’à ce que je fasse le lien avec ma colère. Mes souffrances me mettaient en colère. Mes douleurs étaient ma colère.

Comment faire le lien entre colère et PR?

En relisant ce livre « Le pouvoir du moment présent » (page 41 et minute 53’20 » du livre audio ci dessous) j’ai compris que je pourrais réduire mes douleurs si je vivais le moment présent, si je n’en voulais plus à mon époux d’être mort et de m’avoir laissée seule, Si je n’en voulais plus aux évènements passés puisque justement ils sont passés. En me focalisant sur le moment présent. Si je quittais l’energie de la colère et la remplaçais par une conscience de ce que je vis ici et maintenant. Il allait me falloir beaucoup de patience . Le mental et les émotions sont des addictions tenaces.

J’ai donc décidé -Je refuse de me laisser habiter par la colère – Je veux vivre ici et maintenant et je m’y efforcerai-

J’ai donc commencé à lister les personnes avec lesquelles j’avais une raison d’être en colère. Au fond de mon cœur je leur ai demandé pardon, j’ai lâché ce mental qui me rendait colérique. cela a duré toute la nuit . Cela n’a pas marché en une seule fois.  J’ai eu de brefs éclairs de joie un matin. Puis plus rien ,et une semaine plus tard après une nuit courte à relie ce livre ( que je vous mets en lien ici en audio livre) j’ai enfin compris la raison de cette joie qui m’avait habitée la semaine précédente, et j’avais fait  de ma colère une amie de tous les jours et elle était devenue ma maladie. Cette maladie ne se guérit pas , on peut freiner la maladie mais pas la guérir. Alors cela m’a encore plus incitée à chercher comment m’en sortir.

Tenir le cap – un choix sans appel

Le choix est aisé, la PR ne se soigne pas, les traitements ne font que ralentir l’évolution de la maladie et sans articulations je n’irai pas bien loin. Moi qui suis passionnée de course à pieds,il me fallait donc guérir et ce très rapidement. Le challenge me convenait. Soit le vis le moment présent et j’abandonne mes colères soit je suis condamnée à perdre mon autonomie.

C’est parti,comment? je relis ce livre, je médite en pleine conscience, je fais attention à chaque acte que je pose en conscience. et je sais que je vais y arriver.

Si cela vous dit donnez moi votre expérience ici

 

J’ai jeûné et ça a marché un peu

Mais jeûner tout le temps ce n’est pas génial. De plus j’étais toujours en colère ce qui ne me rendait pas agréable ni pour moi, ni pour mon entourage.

La colère ne m’appartient pas

J’ai enfin trouvé la cause de ma maladie. Ma colère est la cause de ma maladie. Pour m’en défaire je m’inspire de Eckart TOLLE qui a écrit ce livre .

 

Laissons tomber nos besoins obsessionnels de nous mettre en colère, vivons le moment ici et maintenant.


     

     

     

     

     

     

    Partagez l'article

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.