VACCIN à ARNm – ON VOUS DIT TOUT

ORIGINE DES VACCINS à ARN m

il est important de savoir ce qu’est l’ARN m

au cours de la division des cellules le code génétique ADN se divise et se réplique pour donner deux cellules filles identiques à la cellule mère d’origine.

Au cours de cette division tout comme le ferait une fermeture éclair l’ARN m petite tête chercheuse lit chaque maillon de la fermeture éclaire lequel contient l’information génétique et permet sa « transcription* » c’est à dire une lecture dans le bon sens de l’ADN. Le resultat est la formation d’une copie inversée et particulière de l’ADN en ARN m lequel saura emporter un message de l’ADN et aider à la constitution d’une nouvelle ADN.

Si l’ARNm est porteur de message d’ou son nom il va être utile pour copier des ADN de type particulier . Tout comme les informations génétioques des virus.

et nous voila au coeurt du sujet des vaccins à ARNm

je vous laisse le soin de lire ici

 

*Transcription = processus permettant la synthèse de l'ARNm à partir d'un brin lu et traduit d'ADN ( le bout de la fermeture éclair"

c’est tout simplement L U M I N EUX, cependant si vous avez besoin d’éléments d’information complémentaire écrivez nous ici

[si-contact-form form=’1′]

EXPLICATIONS PAR LA FAC DE DIJON

Le code génétique est un code permettant de connaître la correspondance entre un codon et l’acide aminé correspondant. Les caractéristiques du code génétique sont les suivantes :

un codon donne le même acide aminé chez tous les êtres vivants, c’est pourquoi on dit que le code génétique est universel ; plusieurs codons donnent le même acide aminé : le code génétique est dégénéré ou redondant ; à un codon correspond un acide aminé et un seul ;

les codons codent des acides aminés à l’exception pour 3 codons : codons stop dans la mesure où ils marquent l’arrêt de la synthèse protéique ; les codons successifs sont bien distincts, ils sont contigus et sans discontinuités entre eux, c’est pourquoi le code génétique est non chevauchant. Transcription La transcription est un processus permettant la synthèse de l’ARNm à partir du brin transcrit d’ADN. Les acteurs de la transcription sont : brin transcrit d’ADN, ARN polymérase, nucléotides libres, ARNm. La transcription se déroule en 3 étapes : l’initiation, l’élongation et la terminaison. Initiation Durant l’étape d’initiation, une enzyme nommée ARN polymérase déroule la double hélice d’ADN afin de séparer les deux brins d’ADN sur une courte distance. Par la suite, l’ARN polymérase synthétise l’ARNm à l’aide de nucléotides libres à partir d’un des deux brins d’ADN considéré comme matrice. Ce dernier est nommé brin transcrit alors que le second qui n’est pas utilisé est appelé brin non transcrit encore appelé brin codant. Pour la synthèse du brin d’ARNm, elle s’effectue sur le principe de la complémentarité des bases azotées. Ainsi, lorsqu’il y a : une thymine (T) sur le brin transcrit d’ADN, il y aura une adénine sur le brin d’ARNm ; une adénine (A) sur le brin transcrit d’ADN, il y aura un uracile (U) sur le brin d’ARNm ; une guanine (G) sur le brin transcrit d’ADN, il y aura une cytosine sur le brin d’ARNm ; une cytosine (G) sur le brin transcrit d’ADN, il y aura une guanine sur le brin d’ARNm. Les deux premiers nucléotides sont ensuite liés entre eux par une liaison covalente.  ELongation  Durant l’étape d’élongation, le brin d’ARNm s’allonge. Terminaison Durant l’étape de terminaison, le brin d’ARNm est formé puis se détache du brin d’ADN. Ainsi, les deux brins d’ADN reforment la double hélice.  Traduction La traduction est un processus permettant la synthèse de protéine à partir d’ARNm. Les acteurs de la traduction sont : ribosome, nucléotides libres, ARNm. Les différentes étapes de la traduction qui sont les suivantes : initiation, élongation et terminaison. Initiation Un codon AUG signale le début de la traduction. Les deux sous-unités du ribosome (la grosse sous-unité et la petite sous-unité) s’associent sur l’ARN messager (ARNm). Le ribosome recouvre deux codons de l’ARNm (site P sur AUG et site A sur le codon suivant). Un ARN de transfert (ARNt) portant la méthionine arrive sur le site P. Elongation Un deuxième ARNt arrive avec l’acide aminé correspondant au codon du site A. Une liaison peptidique se crée entre les deux acides aminés. Le ribosome se déplace d’un codon sur l’ARN messager, libère le premier ARNt qui a perdu son acide aminé. Le deuxième ARNt est maintenant sur le site A et possède une chaine de 2 acides aminés liés par une liaison peptidique. Un nouvel ARNt arrive dans le site A. Il apporte un acide aminé complémentaire du codon. Il y a formation d’une liaison peptidique entre le nouvel acide aminé et le dipeptide. On continue ainsi en ajoutant un acide aminé à chaque fois. C’est l’élongation ! Terminaison Le ribosome arrive sur un codon stop (UGA, UAA, UAG). Ainsi, la chaine polypeptidique est libérée, le ribosome se dissocie en 2 sous-unités et se sépare de l’ARNm. La traduction est suivie de la maturation. Ainsi, le premier acide aminé, méthionine, se détache de la chaine polypeptidique. Remarques : Un même ARNm est traduit successivement par plusieurs ribosomes. L’ensemble des ribosomes sur un même brin d’ARNm est appelé un polysome. Les protéines ainsi fabriquées sont bien sûr identiques.

 

(Source : https://www.bio-top.net)

Partagez l'article

Auteur/autrice : Dr.Baron

DOCTEUR EN PHARMACIE SPECIALISTE EN EDUCATION THERAPEUTQUE DES PATIENTS EXPERT EN ECONOMIE DE LA SANTE

Laisser un commentaire